Etudes


Étude de l'université de Hambourg (2014)

En avril 2014, le Dr. Martina Kerscher, professeur en science cosmétique à l'université de Hambourg, a testé le sérum EGF BIOEFFECT à travers une étude scientifique indépendante.

30 participantes ont appliqué le sérum, deux fois par jour, pendant 8 semaines, sur une moitié du visage. Sur l'autre moitié, elles ont appliqué un produit identique, mais ne contenant pas l'activateur cellulaire EGF.

Afin de ne pas influencer les résultats par un effet dit placebo, l'étude a été menée en double aveugle. Ni les étudiantes participantes, ni les scientifiques en charge des mesures ne savaient quelle moitié du visage avait été traitée avec le sérum EGF BIOEFFECT.

L'efficacité a été évaluée à l'aide de la photographie standardisée et de mesures biophysiques.

Les résultats : après utilisation du sérum EGF BIOEFFECT, la profondeur des rides avait diminué de manière significative. L'épaisseur de la peau avait augmenté de 60% et la densité de la peau de plus de 30%.

Les résultats étaient conformes à l'opinion des participantes : elles avaient noté, sur la moitié du visage traitée avec le sérum EGF BIOEFFECT, une amélioration significative de l'élasticité, de la souplesse et de l'éclat.

"Je suis particulièrement impressionnée par les résultats de notre étude. Ils démontrent incontestablement que l'utilisation d'EGF végétal, identique à celui du corps humain, peut avoir un effet anti-âge significatif sur la densité de la peau et la profondeur des rides, après seulement 8 semaines". Dr. Martina Kerscher.

À propos

Le professeur Dr. Martina Kerscher est une experte, reconnue internationalement, dans le domaine de la dermatologie et de la science cosmétique. Dermatologue spécialisée en dermatologie esthétique, elle dirige, depuis l'année 2000, le département de science cosmétique de l'université de Hambourg. Le professeur Kerscher est également l'auteur/éditeur de nombreux livres et articles en dermatologie et science cosmétique et coéditeur des journaux "Journal der Deutschen Dermatologischen Gesellschaft (JDDG)" et "Der Hautarzt".


Étude du Dr. Ronald L. Moy, Los Angeles (2012)

Le hasard a conduit BIOEFFECT jusqu'à Los Angeles, sur la très chic avenue de Rodeo Drive à Beverly Hills. C'est là qu'exerce le renommé Dr. Ronald Moy, qui, en 2012, entend parler du produit anti-âge miracle. Toujours à l'affut d'innovation, il décide d'essayer le sérum EGF. Convaincu de son efficacité, après seulement quelques jours, le scientifique, par ailleurs professeur à l'université de Los Angeles (UCLA David Geffen), entreprend de démarrer sa propre étude.

Il sélectionne 29 participantes, entre 39 et 75 ans, qui utilisent le sérum EGF BIOEFFECT pendant trois mois. Après seulement deux mois, le Dr. Ronald Moy constate déjà une réduction des rides de 44%, une amélioration de la structure de la peau de 58%, une diminution de la taille des pores de 42% et une réduction des taches brunes de 42% également. Il présente ces résultats lors d'une conférence pour les dermatologues islandais et dans les médias.

Il est sidéré par l'efficacité du sérum : "Ce sont les meilleurs résultats que j'ai constatés avec un traitement local, en 30 ans de carrière. Après trois mois, la peau est visiblement plus ferme et plus douce, les rides sont atténuées, la taille des pores diminuée, les taches rouges ou brunes, réduites de façon significative." Même sans instruments de mesure, il est aisé de constater que le teint gagne en éclat et en homogénéité. Un résultat, d'après lui, particulièrement impressionnant : "Le sérum rivalise très clairement avec certaines techniques que nous utilisons pour raffermir la peau, telles que le traitement au laser." Pour le professeur d'université, ces résultats sont dus au facteur de croissance épidermique EGF. "Il est tiré de l'orge grâce à la biotechnologie, tandis que tous les autres facteurs de croissance, utilisés dans la cosmétique, sont cultivés à partir de bactéries E. coli. Le facteur de croissance islandais est bien plus stable."

En outre, les patientes confirment, elles aussi, avoir constaté une amélioration significative de l'état de leur peau. Dr. Ronald Moy : "Il semblerait que l'avenir de la cosmétique se situe en Islande - et non en France ou en Suisse, pays que nous considérions comme les leaders dans le développement des produits de beauté."